quinta-feira, julho 26, 2018

PINACOTECA

BALTHUS (Paris, 1908 - Rossinière, 2001), Nu avec chat (1949)

FEMME ET CHATTE

Elle jouait avec sa chatte,
Et c´était merveille de voir
La main blanche et la blanche patte
S´ébattre dans l´ombre du soir.

Elle cachait – la scélérate! –
Sous ses mitaines de fil noir
Ses meurtriers ongles d´agate,
Coupants et clairs comme un rasoir.

L´autre aussi faisait la sucrée
Et rentrait sa griffe acérée,
Mais le diable n´y perdait rien…

Et dans le boudoir où, sonore,
Tintait son rire aérien,
Brillaient quatre points de phosphore.

PAUL VERLAINE, Poèmes Saturniens


2 comentários:

Ricardo António Alves disse...

Èz, cuaraças!...

Manuel Nunes disse...

Absolutamente, meu caro.